Physe rouge (Glyptophysa georgiana)

La physe rouge est un escargot énigmatique d’origine Australienne. Appellé Isidora ou Physastra proteus dans la littérature il est aujourd’hui très difficile de trouver des informations à jour à son sujet ou tout simplement à l’observer. Les genres Isidora et Physastra ont été synonymisés avec Glyptophysa mais le nom d’espèce proteus a été perdu. La seule photo de coquille trouvable se trouve dans une vieille étude des escargots d’aquarium des Pays-Bas. En la comparant avec les espèces présentes en Australie on peut touver la très similaire Glyptophysa georgiana endémique du Sud-Ouest de l’Ile-Contient. L’escargot presque complètement disparu du hobby aquariophile et ne subsiste qu’en Russie et d’autres pays d’Europe de l’Est.

Une autre espèce assez similaire est aussi observée dans les aquariums en Russie, mais est également citée dans de vieux ouvrages d’aquariophilie et a même eu droit à un vol en orbite dans un aquarium scellé. Bulinus australianus, aujourd’hui appelée Glyptophysa novaehollandica a une répartition plus vaste en Australie. Elle a également une coquille très polymorphe, certaines ressemblant à s’y méprendre à une physe, d’autres sont allongées comme des Melanoïdes.

La coquille de la physe rouge ressemble à s’y méprendre à celle d’une grande limnée. Elle est néanmoins plus petite (maximum 20mm) et enroulée à gauche, comme celle d’une physe. L’animal est d’une couleur rouge prononcée, trahissant l’hémoglobine et une proximité génétique avec la famille des planorbes. Les œufs sont pondus dans des capsules cornées plates, également similaires aux pontes de planorbes.

Références:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *