Branchiura sowerbyi

Branchiura sowerbyi est un ver originaire d’Asie du Sud-Est introduit en Europe au XIXème siècle avec des plantes d’ornement. Il a d’ailleurs été décrit dans le bassin du jardin Royal Botanical Society, hors de son milieu d’origine. En Europe on le trouve essentiellement dans les eaux thermiquement polluées, comme les eaux chaudes rejetées par les centrales thermiques. En Asie c’est une espèce très commune, nottament dans les rizières.

C’est un ver segmenté de grande taille, de 2 à 19cm doté de branchies latérales caractéristiques. Il vie la tête enfoncée dans le substrat où il peut creuser des terriers de 40 cm de profondeur. La queue ornée de nombreuses branchies reste dressée dans l’eau libre, la vibration des branchies apporte de l’oxygène à l’animal. Très sensible et véloce la queue du ver peut se rétracter dans le terrier en 7 milisecondes.

La grande taille de B. sowerbyi lui permet de creuser plus profondément que les « tubifex » et sa croissance et reproduction rapides lui permettent de recycler le substrat à une vitesse supérieure à celle de n’importe quel autre tubificidé.

La reproduction de Branchiura sowerbyi est sexuée. Le ver peut se séparer spontanément en deux (autotomie), il s’agit d’un mécanisme de défense, pas de reproduction. La queue et ses branchies peut être rapidement régénérée, mais la queue seule ne donnera pas un nouvel individu. Le ver peut aussi se débarrasser de sa queue dans un milieu pollué après y avoir accumulé des composés toxiques.

Nourriture vivante

Dans la nature cette espèce peut avoir un cycle de vie s’étirant de 1 à 2 ans selon les conditions de vie. La période de reproduction à lieu de seulement l’été ou du début du printemps à la fin de l’automne selon le climat de la région. Sous les tropiques il y a une période de reproduction principale au printemps et une deuxième secondaire à la fin de l’été. En captivité la reproduction à lieu toute l’année à condition qu’il fasse assez chaud. La croissance et le taux de ponte de Branchiura sowerbyi sont maximales entre 20 et 25°C, avec un taux d’éclosion maximal à 25°C. À cette température la population peut double en 12 jours.

Ils peuvent être cultivés industriellement sur de la boue activée mélangée à du sable et de la vase ou sur de la cellulose.

Références

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *