Halocaridina rubra: fiche de maintenance

Comme promis, voici une fiche de maintenance détaillée pour Halocaridina rubra, ou Opae Ula, la crevette rouge de Hawaï.

Cette crevette est endémique des mares anchialines creusées dans les cotes de lave poreuses de l’archipel. Elles sont naturellement d’un rouge très prononcé, bien que des individus blancs ou oranges existent. Leur maintenance est très facile bien que déroutante.

Où trouver mes crevettes?

Ce point est traité en premier car c’est peut être le plus important. Malgré la facilité d’élevage, Halocaridina rubra est très peu maintenue en France et en Europe de manière générale. Il est donc difficile d’en trouver chez des particuliers. Elles sont communes en Amérique du Nord, les Québécois pourront sans doutes en trouver chez leurs concitoyens ou chez leurs voisins états-uniens. En raison des menaces qui pèsent sur l’espèce dans son environnement naturel il est déconseillé d’en acheter à des éleveurs Hawaiiens, car ils les braconnent généralement dans la nature.

Pour les Européens c’est plus compliqué. Il est toujours possible d’acheter des écosphères, mais c’est encourager une pratique très critiquable. Et 25€ la crevette de 1cm c’est extrêmement cher. Si vous arrivez à contacter les éleveurs fournissant les crevettes aux constructeurs d’écosphères ils vous les vendront au même prix, le récipient en moins.

Votre dernière chance (et celle que j’ai saisie) est encore de surveiller les petites annonces en France ou dans les pays limitrophes ou contacter les rares éleveurs présents sur les gros forums francophones. Pendant votre attente, vous pouvez vous occuper en récoltant le reste du matériel nécessaire, le stocker ou essayer quelques expériences d’acclimatation d’algues.

L’aquarium

Halocaridina rubra peut être élevée dans n’importe quel contenant transparent (pour pouvoir voir à travers). Le volume importe peu, un contenant de quelques litres suffit amplement et c’est peut être l’occasion de sortir du grenier une boule à poisson rouge ou un vieux betta-kit inadapté à la maintenance de tout autre animal. Un récipient rectangulaire ou cubique en verre ou en acrylique sera néanmoins plus facile d’entretien et un volume minimal de 10 à 15L sera un bon investissement sur le long terme. Un couvercle limitant l’évaporation (une simple plaque de verre) sera très appréciable. Un aquarium trop grand deviendra vite frustrant à moins bien sûr de pouvoir et vouloir acheter une centaine de crevettes pour l’occuper correctement.

Le matériel

L’éclairage est important pour la croissance des algues mais sa qualité n’est pas cruciale. Un éclairage spécial aquarium d’eau douce fera l’affaire, de même qu’une lampe de bureau penchée au-dessus de l’aquarium, un bricolage maison ou encore la proximité d’une fenêtre (attention à la surchauffe!). Le minuteur de la lampe peut être réglé sur 8 à 12h d’éclairage par jour, comme vos autres aquariums.

Aucun filtre, aucune pompe, aucun bulleur, aucun chauffage n’est ni nécessaire, ni souhaitable. La température de l’aquarium peut descendre aux alentours de 12-13°C pendant de longues périodes ou à l’inverse dépasser ponctuellement 30°C sans poser de problèmes. Vous pouvez donc installer le bac dans n’importe quelle pièce, que ce soit le bureau, le salon ou une chambre.

Le sol et le décor

Le sol et le décor ne sont pas très importants, mais on va essayer de coller à l’environnement d’origine des crevettes, à savoir des cavités creusées dans de la pierre volcanique. Certains utilisent du sable de corail pour récifal, je vous conseille plutôt de la pouzzolane grossière de sorte à ce qu’il y ai de nombreuses anfractuosités que les crevettes puissent explorer. Des blocs de pierre de lave et quelques coquillages peuvent compléter la décoration.

Vous pouvez bien entendu utiliser un autre substrat, neutre ou calcaire, de votre choix. Vous pouvez également décorer l’aquarium avec des squelettes de gorgones ou des coraux morts selon votre goût. Évitez les éléments végétaux comme des racines de palétuvier. Pensez à avoir au moins un élément calcaire, même de petite taille qui servira à tamponner l’eau.

L’eau

Halocaridina rubra est une crevette d’eau saumâtre. Il faut donc ajouter du sel dans l’eau! Pour cela il faudra utiliser du sel spécial pour faire de l’eau de mer (vendu dans toutes les animaleries) et de l’eau osmosée. On cherchera à obtenir une densité entre 1.005 et 1.016 soit environ moitié moins de sel que pour un aquarium récifal. Il n’est pas nécessaire d’être précis dans le dosage.

Si vous avez accès à de l’eau de mer directement, vous pouvez la diluer à parts égales avec de l’eau osmosée.

Vous n’avez pas besoin de faire de changements d’eau, jamais, alors ne soyez pas radin avec cette première et unique mise en eau, utilisez du sel bien adapté et de l’eau osmosée, ne bricolez pas avec du sel de table ou autre. Gardez sous la main de l’eau osmosée, vous en aurez besoin pour combler l’évaporation, seul entretient de l’eau pour des décennies.

La plantation

Les principaux éléments végétaux nécessaires à votre aquarium arriveront tous seuls, il s’agit d’algues filamenteuses et encroûtantes, source de nourriture pour vos crevettes et agents d’épuration de l’eau. Vous n’avez besoin de rien d’autre.

Si néanmoins vous trouvez votre bac un peu morne et souhaitez y ajouter un peu de verdure vous pouvez le faire. Certaines algues d’eau douce ou d’eau de mer peuvent être acclimatées à de l’eau saumâtre. C’est à vous de faire des expériences avec ce que votre copain récifaliste peut vous offrir comme échantillon. Je vous laisse néanmoins une liste d’espèces susceptibles de s’adapter à votre projet:

-Cladophora sp.
-Caloglossa cf. beccari « red moss »
-Compsopogon cearuleus « corne de cerf »
-Chaetomorpha sp. « algue spaghetti »
-Batophora sp.
-Caulerpa sp.

Pratiquement aucune plante ne survivra en eau saumâtre quoi qu’en disent certaines listes sur le web. Certaines mousses ou fougères sont capables de rester vertes plusieurs mois, voir donner l’impression de pousser mais ne s’acclimatent pas sur le long terme. De rares plantes sont adaptées à ces salinités:

-Pandanus sp. en trempette
-Palétuvier en trempette
-Ruppia maritima

Néanmoins attention. Il y aura très peu de pollution dans votre aquarium, donc très peu de nutriments pour les algues. N’ayez pas pour projet un bel aquarium planté, seules quelques touffes pourront survivre.

Cyclage et introduction des crevettes

Bon, vous avez votre aquarium, et vous voulez le peupler. Vous savez sans doutes qu’un aquarium n’est pas opérationnel à sa mise en eau, il va se passer une certaine période pendant laquelle les bactéries nécessaires au recyclage des nutriments s’installent.

Rangez votre kit du parfait chimiste, vous n’en avez pas besoin. Votre aquarium est prêt à recevoir les crevettes dès que les premières algues filamenteuses et encroûtantes apparaissent. Vous pouvez alors soit desceller votre horrible écosphère pour les libérer, soit les commander.

Halocaridina rubra n’a pas besoin d’une acclimatation longue comme les crevettes d’eau douce, car elle est faite pour encaisser les changements de paramètres très violents de son habitat. Laissez le sac avec les crevettes flotter dans l’aquarium pendant 15 minutes pour égaliser la température, puis ouvrez-le et ajoutez-y régulièrement de l’eau de l’aquarium puis libérer les au bout d’une petite heure.

Il est possible que les nouvelles crevettes passent leur temps dans les anfractuosités des rochers pendant plusieurs semaines, voir plusieurs mois. Si vous ne les voyez pas, ne désespérez pas, elles sont juste timides.

Colocataires

Il est toujours frustrant de n’avoir qu’une seule espèce animale dans un aquarium, du coup vous cherchez peut-être des colocataires pour vos crevettes rouges.

Vous pouvez opter pour des escargots, c’est la solution la plus simple. Les trois espèces de mélanoïdes répertoriés en aquariophilie peuvent être aisément acclimatés à l’eau saumâtre, de même que l’hydrobie des antipodes. D’autres escargots adaptés à l’eau saumâtre peuvent être trouvés dans le commerce comme les Stenomelania et les Faunus. La majorité de ces escargots se reproduiront rapidement dans votre aquarium.

Tous les nérites peuvent aussi faire l’affaire, notamment les petits Clithon. Les Neritina et Vittina peuvent aussi être de la partie si l’aquarium est assez grand pour eux. Si votre récifaliste reçoit un arrivage de Hawaï, il aura peut-être de petits nérites noirs appelés Pipipi. Généralement ces escargots ne pourront pas se reproduire dans votre aquarium.

Vous pouvez opter également pour d’autres crustacés d’eau saumâtre comme les artémias (à condition de monter un peu la densité) ou certaines crevettes comme Caridina propinqua. Certains maintiennent des Bernard l’ermite avec leurs Opae’Ula, mais ils sont un peu trop gros, violents et pollueurs pour une bonne entente sur le long terme

Les plus aventureux pourront prendre des fragments de pierre vivante et voir ce que cela leur apporte. Ainsi, les vers de feu ou de minuscules méduses sont signalées dans les aquariums ensemencés de la sorte. Mais de mauvaises surprises peuvent aussi arriver.

Nourrissage et entretient

Les Halocaridina rubra vont essentiellement se nourrir de bactéries et d’algues vivantes poussant dans l’aquarium. Il est donc possible qu’elles refusent toute nourriture donnée. Si la nourriture n’est pas mangée par les crevettes, elle le sera par les escargots ou encore par des bactéries et des champignons. Peu importe qui consomme cette nourriture, l’aquarium est alimenté et de nouvelles algues pousseront pour les crevettes.

Il vaut mieux de manière générale ne pas nourrir du tout plutôt que de trop nourrir. Si vous avez un doute, ne nourrissez pas, ou nourrissez très peu. Quelques granulés pour poissons ou une pincée de spiruline toutes les deux semaines ou tous les mois, c’est largement suffisant. Bien sur, plus votre population est importante, plus vous devrez donner à manger!

Il n’y a pas de changements d’eau à faire. Il faut seulement compenser l’évaporation avec de l’eau osmosée. Vous pouvez frotter la vitre frontale quand elle est encroûtée d’algues pour pouvoir voir à travers, mais laissez les autres vitres et les rochers tranquilles. Élaguez les algues filamenteuses quand elles représentent un danger pour les crevettes et c’est tout.

Reproduction

La reproduction des Opae Ula ne nécessite aucune intervention de votre part et ressemble beaucoup à celle des crevettes d’eau douce. Lorsqu’une femelle mue, elle libère dans l’eau de phéromones ce qui excite les mâles et les fait nager dans tous les sens. Une fois fécondés, les oeufs sont placés entre les pléopodes, sous la crevette et apparaissent comme une grappe d’une dizaine de gros fruits rouges. La femelle va porter les oeufs avec elle pendant une période de un mois. Les larves vont ensuite éclore, rester quelque temps accrochés à leur mère, puis vont nager en eau libre.

La larve de Halocaridina rubra ressemble à une minuscule crevette rouge nageant la tête vers le bas. Certaines larves vont nager en pleine eau, d’autres vont se cacher dans les rochers. Cet unique stade larvaire va durer deux semaines environ durant lesquelles l’animal ne va rien manger. Une fois transformée en crevette juvénile semblable à ses parents, le crustacé va se nourrir comme ces derniers.

La reproduction est assez lente mais l’espérance de vie de Halocaridina rubra dépassant les 20 ans, votre population ne fera que croître progressivement jusqu’à ce que l’aquarium fourmille de crevettes écarlates. La surpopulation n’est pas à craindre, comme dans la nature le bac peut devenir littéralement rouge de crevettes sans que ce ne soit un problème.